En 2016 l’industrie du 7e art s’est intéressée à l’Eglise Catholique à plusieurs reprises. Premièrement avec le film «Spotlight», deuxièmement avec le film sur la vie de François Bergoglio intitulé «Le Pape François» et enfin avec la série télévisée «The Young Pope» du réalisateur italien Paolo Sorrentino. Le show télévisé livre l’histoire d’un pape fictif. Incarné par l’acteur Jude Law, ce pape est le premier américain à siéger sur le trône de saint Pierre et porte le nom de Pie XIII.

L’italien Paolo Sorrentino est un réalisateur qui aime les scandales. Son film «Il Divo» avait suscité la polémique lors de sa sortie en 2008. C’est donc assez logiquement que nous retrouvons le réalisateur italien à la barre de «The Young Pope» qui risque de faire couler beaucoup d’encre. Mais que peut donc bien raconter une série sur un pape et le Vatican ? L’histoire de l’église est pleine de rebondissements. En réalité, il assez facile de rédiger un scénario car les événements marquants qui frappèrent le corps du Christ contiennent tout ce qu’il faut pour produire des films et des séries à succès. Infiltrations, assassinats, corruption, scandales financiers, le concile de Vatican II et le séisme qu’il provoqua, l’élection annulée du Cardinal Siri, la disparition de Jean-Paul 1er… Tous les genres de films peuvent s’y prêter : film de capes et d’épées, film dramatique, film comique, thriller, historique, biopic, romance… Il est même possible de faire une série sur saint Pierre qui fonde l’église catholique et devient le premier pape. Malgré ces arguments l’industrie du 7e art préfère traîner la religion catholique dans la boue. En effet, cette industrie n’a que très rarement mis en valeur l’église. La règle dans le cinéma est de coller à l’histoire des Lumières et de raconter que l’église persécutait le peuple.

Passons à la série. Malgré un pape qui se fait appeler Pie XIII et malgré ses positions conservatrices la série se veut blasphématoire. En effet, plus d’une fois au cours de cette première saison Pie XIII se montre opposé au concile de Vatican II et ses idées progressistes, mais c’est dans le seul but d’embêter son monde. Ce pape incarné par Jude Law déclarant qu’il ne croit pas en Dieu ou la scène dans laquelle il pose sa main sur la poitrine d’une femme suffisent à prouver que «The Young Pope» n’est rien de plus qu’une série qui cherche à amuser la galerie. D’ailleurs leur fameux Pie XIII n’est pas si conservateur que ça, il n’est nullement fait mention de rétablir la véritable liturgie et son combat contre les homosexuels au Vatican s’effondre puisque le soutien de Pie XIII en est un et il n’est pas excommunié. Bref, Sorrentino et son équipe ont beau tenté de nous faire croire que la tradition est de retour au Vatican dans cette série, rien n’y fait. «The Young Pope» n’est qu’un blasphème de plus.

Publicités