bmAfin de compléter la collection de films et/ou séries TV faisant l’apologie des monstrueux programmes MK voici un extrait de la saison 4 de «Bates Motel», un préquel du film «Psychose» qui raconte l’adolescence de Norman Bates.

Vous connaissez très certainement le long-métrage «Psychose» (1960) du britannique Alfred Hitchcock. L’histoire racontait comment le jeune gérant d’un motel changeait de personnalité pour commettre des meurtres. Ce jeune homme, Norman Bates, interprété au cinéma par l’acteur Anthony Perkins, devint un personnage illustre du monde cinématographique.

Prise dans son élan de réadapter ses franchises les plus lucratives l’industrie hollywoodienne a récemment décidé de sortir Norman Bates de son placard poussiéreux en nous proposant une série télévisée qui raconte son adolescence[1].

Voici le synopsis :

Après la mort de son mari (qui n’a de mystère que pour le téléspectateur), Norma Bates décide de refaire sa vie loin de l’Arizona, dans la petite ville de White Pine Bay dans l’Oregon. Elle emmène avec elle son fils Norman, âgé de 17 ans, avec qui elle partage une relation fusionnelle compliquée.

Dans les extraits qui vont suivre[2] le jeune Norman Bates est interné dans un hôpital psychiatrique suite à ses changements de personnalité que sa mère, Norma Bates, n’arrive plus à gérer. Lors d’un entretien entre Norman Bates et le psychiatre en charge de son dossier, la série fait mention du «trouble dissociatif de l’identité» dont le jeune assassin est victime.

Note : Youtube resserre son étau, il bloque quasi systématiquement mes vidéos. La suivante, ayant été signalée par la chaîne TV A&E, est disponible sur la plateforme Rutube.

https://rutube.ru/video/62d0c2c7ba4fbb685ff6183f54e42945/

Ces dernières années Hollywood a proposé un tas de projets mettant en scène des personnages sous contrôle mental. Récemment avec le film « Split »[3] mais aussi avec les productions Marvel et DC Comics[4] en passant par le long-métrage « Filth »[5]. Notons le retour du personnage de Jason Bourne au cinéma dont le principal protagoniste, interprété par l’acteur Matt Damon, est le fruit des programmes MK de la CIA.

Qu’est-ce que le trouble dissociatif de l’identité ?

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), le TDI implique « la présence de deux ou plusieurs identités ou « états de personnalité » distincts qui prennent tour à tour le contrôle du comportement du sujet, s’accompagnant d’une incapacité à évoquer des souvenirs personnels. » Chez chaque individu, les symptômes varient et le comportement peut souvent être inadapté à une situation vécue. Les patients peuvent faire l’expérience de symptômes pseudo-comitiaux qui ressembleraient à de l’épilepsie, schizophrénie, aux troubles anxieux, troubles de l’humeur, au trouble de stress post-traumatique, troubles de la personnalité et aux troubles des conduites alimentaires.

Les symptômes de l’amnésie dissociative, fugue dissociative et trouble de la dépersonnalisation sont liés aux diagnostics du TDI et ne sont jamais diagnostiqués séparément. Les individus peuvent être effrayés des symptômes du TDI (pensées intrusives ou émotions) et de leurs conséquences. La majeure partie des patients souffrant de TDI rapportent avoir été sexuellement et/ou physiquement agressés, mais la nature de ces rapports reste controversée. Ces identités dissociatives peuvent avoir un impact sur la connaissance et la mémoire du patient, ce qui peut avoir des conséquences dramatiques dans la vie de ce dernier. Les patients ne veulent pas parler de ces symptômes car ils ont un lien avec les abus, la honte et la peur.

Ce trouble est théoriquement lié à l’interaction de stress intense, d’antécédents traumatiques, à une nutrition insuffisante durant l’enfance, et à une capacité innée de dissocier des souvenirs ou des expériences vécues. Un haut pourcentage de patients rapportent avoir été maltraité durant leur enfance. Les individus diagnostiqués de TDI rapportent avoir souvent vécu des agressions physiques et sexuelles, spécialement durant la petite à la deuxième enfance.

La série Bates Motel suggère que Norma Bates aurait eu des relations incestueuses avec son fils. Le showrunner de la série en parle dans une interview au magazine Télé 7 jours

Il y a le sous-entendu de l’inceste. Jusqu’où allez-vous dans cette direction ?

– Nous restons dans l’ambiguïté et la suggestion, sinon ce serait trop. Il y a déjà plein d’images choc dans Bates Motel ! D’après mes conversations avec d’éminents psychologues, la maladie mentale dont souffre Norman Bates – le trouble dissociatif de la personnalité – peut venir de contacts physiques inappropriés avec sa mère.»


[1] Bates Motel, 2013. A&E Television Network (50% Hearst Corporation – 50% Disney-ABC Television Group) – Avec Freddie Highmore (Norman Bates) et Vera Farmiga (Norma Bates).

[2] Saison 4, épisodes 5 et 6.

[3] Split, 2016 de Night Shyamalan. Blinding Edge Pictures, société de production du réalisateur Night Shyamalan (6è Sens, The Visit, Le Village…) et Blumhouse Productions, société de production du producteur de cinéma Jason Blum (Paranormal Activity, Sinister, Insidious…).

[4] Cette année pas moins de 5 films narrant les aventures des super-héros DC et Marvel sont sortis au cinéma. Contenant tous des références au Mind Control et/ou des messages cachés. Deadpool, 2016, de Tim Miller, 20th Century Fox et Marvel Entertainment. Batman v Superman (DC Comics), 2016, de Zack Snyder, Warner Bros. Captain America Civil War, 2016, de Anthony et Jo Russo, Marvel Studios, Marvel Entertainment et Russo Brothers. X-Men : Apocalypse, 2016, de Bryan Singer, 20th Century Fox, Bad Hat Harry Productions et The Donner’s Company. Suicide Squad (DC Comics), 2016, de David Ayer, Warner Bros.

[5] Filth, 2014. De Jon S. Baird. Steel Mill Pictures, Logie Pictures, Egoli Tossell Film, Entre Chien et Loup, Film i Väst, Filmgate Films, Maven Pictures.

 


 

Pour plus d’informations sur le Mind Control, livre référence par Alexandre Lebreton, « MK Abus Rituels et Contrôle Mental« .

MK

Publicités